bandeau4.jpg

Bienvenue sur marche-nordique.net

Le premier site d'information sur la marche nordique en France!
Ses bienfaits, comment choisir son matériel, les pièges à éviter... Nous vous donnons également toute information sur la technique. Première communauté de marche nordique, vous trouverez tout sur les clubs, les sorties prévues. Bonne marche avec marche-nordique.net !

Les bienfaits de la marche nordique sur l'ostéoporose

D’après les chiffres de l’Organisation mondiale de la Santé, l’ostéoporose compte parmi les dix maladies les plus répandues dans le monde. Dans la plupart des cas, avec un traitement adapté, beaucoup d’exercice et une alimentation saine, on peut vivre avec l’ostéoporose sans que la maladie ne modifie son quotidien. L’important est d’obtenir rapidement un diagnostic.

Les causes

L’os connaît un processus constant de formation et de résorption. Normalement, jusqu’à l’âge de 35 ans, le corps fabrique plus de substance osseuse qu’il n’en dégrade, et c’est avant tout le calcium qui sert de stabilisateur. Dans le cas de l’ostéoporose, le métabolisme osseux est perturbé, ce qui entraîne une dégradation de la substance osseuse. Les ostéoclastes, les cellules qui détruisent l’os, sont beaucoup plus actifs que les ostéoblastes qui le reconstruisent. La charpente osseuse se retrouve donc affaiblie: Chez les personnes atteintes d’ostéoporose, tous les os, y compris ceux de la colonne vertébrale, deviennent de plus en plus poreux. Lorsque les corps vertébraux se tassent, cela peut provoquer une déformation du dos. Les personnes atteintes peuvent parfois perdre plusieurs centimètres ou devenir bossues. La maladie se développe de manière silencieuse et souvent indolore. En revanche, les fractures traumatiques occasionnent de terribles souffrances. Toutes les 30 secondes, un citoyen de l’Union européenne est victime d’une fracture ostéoporotique.

L’ostéoporose touche le plus souvent les femmes ménopausées, en raison de la carence des hormones œstrogènes qui ont normalement la capacité de stimuler la croissance osseuse: Une femme sur 3 de plus de 50 ans souffre d’ostéoporose. A l’âge avancé, le risque de contracter cette maladie est aussi élevé pour les femmes que pour les hommes. Les personnes ayant été traitées à la cortisone pour des maladies chroniques risquent tout particulièrement de développer une ostéoporose. Car la cortisone entraîne à la fois la multiplication des ostéoclastes, les cellules responsables de la destruction de l’os, et une diminution des performances des ostéoblastes qui reconstruisent l’os. C’est malheureusement la raison pour laquelle la maladie progresse particulièrement vite chez ces patients-là. Il en va de même pour les personnes atteintes d’une insuffisance pondérale (troubles nutritionnels) et les femmes enceintes, car la grossesse contribue également à réduire l’apport de calcium. L’altération de la microarchitecture osseuse peut passer inaperçue pendant des années.

Traitement

Les médecins disposent d’un arsenal thérapeutique varié : médicaments stimulant la formation osseuse, traitements hormonaux substitutifs, biphosphonates (inhibiteurs de la résorption osseuse qui bloquent l’activité des ostéoclastes), ou médicaments activant les récepteurs aux oestrogènes. L’association de calcium et de vitamine D est fréquemment donnée pour corriger un déficit notamment chez les plus âgés. La vitamine D permet de stimuler l’absorption intestinale du calcium. En règle générale, une dose de 400 unités internationales (UI) de vitamine D est préconisée chez les adultes et de 400 à 800 UI chez les personnes âgées. Le calcium est également présent dans notre alimentation, notamment dans le lait et les produits laitiers, dans certaines eaux minérales et dans les légumes verts. Ce régime est recommandé à tous les patients souffrant d’ostéoporose.

En France, les personnes souffrant de douleurs chroniques dues à l’ostéoporose sont de plus en plus nombreux à être traités par vertébroplastie, une technique peu invasive, développée en France depuis une vingtaine d’années. Cette technique était, à l’origine destinée aux patients atteints de tumeurs. Sous anesthésie locale, le chirurgien injecte au patient un ciment osseux acrylique à l’intérieur du corps vertébral poreux afin de le stabiliser. Ce procédé n’est pas sans danger: Les risques de paraplégie ou d’embolie pulmonaire font partie des complications les plus redoutées. Il est vital que le chirurgien dose correctement la fluidité du ciment. Chez la plupart des patients, les douleurs disparaissent aussitôt après l’opération. Mais il arrive parfois que le succès de ce traitement ne soit que de courte durée. Au cours des premières années suivant une vertébroplastie, les corps vertébraux adjacents ont souvent tendance, eux aussi, à se tasser. La vertébroplastie ne guérit pas l’ostéoporose. Elle n’en demeure pas moins un traitement antidouleur.

Le rôle du sport

Les scientifiques ont découvert que le travail musculaire stimule la formation osseuse. Cela est dû aux ostéocytes présentes dans nos os. Ces cellules reçoivent un signal du muscle et transmettent ensuite ce message aux cellules qui produisent du tissu osseux. Le Comité pour la santé des os en Allemagne recommande aux patients souffrant d’ostéoporose de faire de la marche nordique afin de tonifier leurs muscles. La marche nordique – lorsqu’on la pratique avec la bonne technique – se traduit par des mouvements très doux et très fluides. Elle peut s’avérer très efficace pour les patients atteints d’ostéoporose. Ce sport repose sur 4 notions principales: Premièrement, il faut se tenir bien droit. Cela permet de tonifier les muscles de soutien. Deuxièmement, il faut allonger les bras et faire travailler tous les muscles du corps - essentiel pour limiter les risques d’ostéoporose. Troisièmement, les bâtons ne doivent jamais dépasser l’horizontale afin de protéger le dos. Et quatrièmement, la marche nordique fait travailler le pied de manière active. Cette technique constitue un entraînement efficace qui exerce des mouvements de pression et de traction sur les os.